Plan

En plan, le chevet de la cathédrale est doté de cinq chapelles rayonnantes de tracé semi-circulaire percées de deux fenêtres et voûtées d'ogives à cinq branches. Elles sont précédées de quatre chapelles quadrangulaires et desservies par un déambulatoire qui épouse les contours du sanctuaire. L'élévation de celui-ci est à grandes arcades, tribunes, arcatures aveugles et fenêtres hautes. Si cette élévation se rattache à celle de Saint-Germer-de-Fly et de Laon, en revanche, le plan est une citation du chevet de Saint-Germain-des-Prés.
Le transept saillant à extrémités semi-circulaires relève d'un plan traditionnel depuis la période carolingienne

Elevation

L'élévation est quant à elle inédite : au-dessus d'un socle orné d'arcatures en plein cintre sont disposées des arcades en arcs brisés qui abritent des fenêtres. Au-dessus se déploie un triforium à triplet d'arcs en plein cintre auquel font suite deux niveaux de baies géminées, les premières en arcs-brisés les secondes en plein cintre, imposant un rythme A-B-A-B-A fondé sur la succession du tracé des arcs. Le maître du transept va toutefois plus loin en jouant sur l'épaisseur du mur : pour les niveaux sommitaux il a rejeté la vitrerie à l'aplomb du mur intérieur ou extérieur et dédoubler les baies. Un passage se trouve ainsi disposé tantôt à l'intérieur tantôt à l'extérieur favorisant les effets de projection, de retrait et de dématérialisation.

La première travée orientale de la nef est bâtie simultanément au transept sur quatre niveaux : grandes arcades, tribunes, triforium et fenêtres hautes, chaque travée étant couverte d'une voûte d'ogives quadripartite. L'élévation juxtapose des niveaux dépouillés (grandes arcades et triforium) et des niveaux moulurés (tribunes et fenêtres hautes) favorisant une alternance régulière (A-B-A-B). A celle-ci s'ajoute un usage de l'arc brisé sur les deux premiers niveaux et de l'arc en plein cintre pour les deux derniers (A-A-B-B). Enfin, s'impose le rythme binaire engendré par la succession de supports faibles -- les colonnes -- et de supports forts -- les piles. L'écho visuel de cette alternance se retrouve dans les bas-côtés où s'opposent des piles composées mitoyennes aux piles fortes et des supports monolithes implantées face aux piles faibles.
A l'occident, la nef est précédée d'un massif de façade évidé jusqu'à hauteur du haut vaisseau. Son élévation à fenêtres, triforium et baies repoussées à l'aplomb du mur extérieur témoigne de l'unité esthétique de la cathédrale au même titre que l'alternance, entre plein cintre et arc brisé, révèle un projet défini en détail dès l'origine du chantier et suivi jusqu'à son achèvement. A l'extérieur la façade à deux tours se déploie au rythme de lignes verticales ? les contreforts ? et horizontales ? les bandeaux délimitant les niveaux. Malgré l'absence de rose et une plastique à dominante d'aplats, cette façade, avec un voile d'arcatures initialement lancées entre les tours, devait produire un effet qui inspira des monuments tels que Mantes ou Notre-Dame de Paris.

History

Chronology

Au début du XIIème siècle, après l'incendie de la cathédrale carolingienne en 1131, l'évêque Simon de Vermandois entreprend la construction d'un nouvel édifice en dehors des remparts gallo-romain. Le chantier débute par le chevet, vers 1145-1150. Une fois celui-ci achevé vers 1170, il est procédé à la destruction des remparts implantés à l'emplacement de l'actuel transept, puis à celle de la vieille église ; viennent ensuite la construction du transept entre 1170-1185, celle de la chapelle épiscopale et de la salle du trésor, vers 1160-1170. La nef est enfin érigée entre 1185 et 1230. Des chantiers annexes sont engagés, notamment la reconstruction du palais épiscopal vers 1150-60 et du cloître des chanoines entre 1230-1240. De nouveaux espaces sont ensuite créés, entre le XIVème siècle et l'âge classique, avec l'implantation de chapelles le long de la cathédrale et l'érection de la Librairie à pans de bois en 1506. Au-delà des restaurations effectuées durant le XIXe siècle, les destructions engendrées par les bombardements de 1917-1918 ont imposé la réalisation d'une charpente en béton en 1922.
ARNAUD TIMBERT

Sculptural Program

Significance

Bibliography

Baudoux, A., Notre-Dame de Noyon, Noyon, 1962



Clark, W. W., "The Nave Vaults of Noyon Cathedral," Journal of the Society of Architectural Historians, 36(1): 1977, pp. 30-33.



Delbecque, E., "La vue de la pompe funèbre de Charles de Broglie et l'espace liturgique de Noyon. Les oeuvres de Pierre-François Godot et de Jacques Gondouin", Bulletin Monumental, vol. 165:3, 2007, pp 263-280
----, "Les vitraux de saint Pantaléon à l'église Notre-Dame de Noyon (Oise)", Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Noyon, vol. 234, 1985, pp 2-4
----, "Le jubé de la cathédrale de Noyon", Archeologia, vol. 84, 1975, pp 13-22



Deyres, M., "Les voûtes de la cathédrale de Noyon", Bulletin monumental, vol. 133:4, 1975, pp 277-284



Duquesnay, L., "Liens d'histoire de d'acrhitecture entre la cathédrale de Noyon et l'église abbatiale de Morienval", Bulletin de la Société archéologique, historique, et scientifique de Noyon, vol. 225, 1981, pp 4-5



Grant, L., France: Noyon Cathedral, London: H. Miller in association with the Courtauld Institute of Art, 1983



Hardy, C., "La rose de Notre-Dame de Noyon et sa place dans la technique et le décor du troisième chantier de la cathédrale", RACAR: Revue d'Art Canadienne/ Canadian Art Review, vol. 13:1, 1986, pp 7-22



Héliot, P., La Cathédrale de Noyon et les débuts de l'architecture gothique, 1982



La Cathédrale Notre-Dame de Noyon: Cinq années de recherches Société Historique, Archéologique et Scientifique de Noyon, eds Timbert, A. and Daussy, Stephanie (Noyon : Société historique, archéologique et scientifique de Noyon, 2011).



Lane, E. S., "Images lost/texts found: the original glazing program at Notre-Dame of Noyon", The Four Modes of Seeing: Approaches to Medieval Imagery in Honor of Madeline Harrison Caviness, Ed. Evelyn Staudinger lane, Elizabeth Carson Pastan, and Ellen M. Shortell, Farnham, 2009, pp 133-148



Lefèvre-Pontalis, Eugène, Histoire de la cathédrale de Noyon (Noyon: H. Copillet, 1901).



Little, Charles, "Resurrexit, a rediscovered monumental sculptural program from Noyon Cathedral," Cloisters, Studies in Honor of the Fiftieth Anniversary (New York: Metropolitan Museum of Art in association with the International Center of Medieval Art, 1992).



Marcel, A., Noyon et ses environs, Paris, n.d.



Pawlak, S. "L'ancien réfectoire des chanoines de la cathédrale Notre-Dame de Noyon", Bulletin Monumental, vol. 166:2, 2008, pp 105-116



Pigeyre, M., "La sculpture du porche occidental de Notre-Dame de Noyon avant la Révolution francaise (1793)", Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Noyon, vol. 221-223, 1975, pp 3-8



Polk, T. E., "The Early Gothic Chevets of Saint-Denis and Noyon: Methodological Considerations," PhD diss., Pennsylvania State University, 1976.
----, Saint-Denis, Noyon, and the early Gothic choir: methodological considerations for the history of early Gothic Architecture, Frankfurt am Main, 1982



Prache, A. "A propos des voûtes de la nef de la cathédrale de Noyon," Bulletin Monumental 136: 1978, pp. 73-77



Seymour, C., Notre-Dame of Noyon in the twelfth century: a study in the early development of gothic architecture, New York, 1968



Vitet, Louis and Ramée, D., Monographie de l'église Notre-Dame de Noyon (Paris:Imprimerie royale, 1845).



Victoir, G., "La polychromie de la cathédrale de Noyon et la datation des voûtes quadripartites de la nef," Bulletin Monumental, vol. 163:3, 2005, pp. 251-254.


The Floorplan: Images & Panoramas
Parametric Section
Vital Statistics
  • Begun around 1145
  • Destroyed in 0
  • Latitude 49.581901550293
  • Longitude 3.00079584121704
  • Parent Town
All the Buildings